Histoire

L'Archiabbaye bénédictine Saint-Adalbert et Sainte-Marguerite est un monastère de l'Ordre bénédictin. Les moines bénédictins suivent la Règle de saint Benoît, la „constitution“ de leur communauté, écrite pour eux au 6ème siècle par saint Benoît de Nursie (Norcia en Ombrie). Au genre de vie de cet Ordre est attachée la devise „Prie et travaille“.

Histoire

C'est saint Adalbert, le deuxième évêque de Prague († 997) qui a fondé l'abbaye, conjointement avec le duc Boleslav II le Pieux († 999): c'était le premier monastère d'hommes au pays de Bohême. Une église romane fut construite à Břevnov au 11ème siècle, sous l'abbatiat de Meginhard. Les murs de la crypte- halle à trois nefs sont conservés jusqu'à présent sous le choeur de l'église baroque. Plus tard, au 13ème siècle, on éleva une nouvelle église, gothique et plus vaste, à l'emplacement de l'église romane. La tourmente hussite provoqua de très graves destructions au monastère. C'est seulement après la guerre de Trente Ans que purent avoir lieu la restauration et la reconstruction de l'église et du monastère en style baroque: ce fut l'oeuvre de l'Abbé Thomas Sartorius († 1700) et surtout durant la première moitié du 18ème siècle, de l'Abbé Othmar Zinke († 1738). Ce dernier engagea des architectes et des artistes de très haut niveau en ce temps-là, tels que Christophe et Kilian Ignace Dientzenhofer, Pierre Brandl, Charles-Joseph Hiernle, Côme-Damien et Egide Asam entre autres, etc... De la sorte s'éleva un remarquable ensemble baroque avec un jardin adjacent, grandement estimé par les historiens d'art. L'abbaye de Břevnov élabora, au milieu du 18ème siècle, le projet ambitieux de créer une Academia Nobilium (une Académie pour les nobles), mais malheureusement, ce projet échoua plus tard.

20ème siècle

Au 20ème siècle, l'abbaye de Břevnov et sa communauté ont vécu des temps agités. Après la deuxième guerre mondiale, les confrères sudètes furent expulsés du pays. En 1950, l'abbaye, comme toutes les maisons religieuses de la Tchécoslovaquie d'alors, fut opprimée par le gouvernement communiste et tous ses biens furent confisqués. L'Abbé Anastase Opasek († 1999) fut condamné à la prison à vie après un simulacre de procès. Il fut libéré par sursis dix ans plus tard. Après la „Révolution de velours“, les bâtiments délabrés des couvents furent restitués aux communautés religieuses. Les moines reprirent la vie conventuelle à Břevnov. Avec le soutien des Bénédictins étrangers et l'aide des autorités de l'Etat, on put rénover l'essentiel des bâtiments et la célébration du millénaire de l'abbaye en 1993 put de dérouler dignement. A l'occasion de ce jubilé, l'abbaye fut élevée par le Pape au rang d'archiabbaye (titre honorifique réservé aux monastères de l'Ordre célèbres ou remarquables). Ensuite, le Pape Jean-Paul II rendit visite à la communauté monastique en 1997 dans le cadre de son voyage pastoral en République Tchèque. Depuis 1999, date du décès de l'Archiabbé Anastase Opasek, le monastère est gouverné par le Père Procope Siostrzonek. Les travaux de construction et de rénovation avancent pas à pas. Au début du 21ème siècle, le monastère et sa communauté savent qu'ils sont à nouveau intégrés à la vie de ce quartier pragois de Břevnov.

La communauté monastique prie et travaille à nouveau dans son monastère. Sa situation dans la grande ville et sa riche tradition entraînent avec elles bien des devoirs. Les moines-prêtres assurent le service de la communauté paroissiale de Břevnov et celui de l'église du pèlerinage de Notre-Dame de la Victoire, à la Montagne Blanche. Depuis 1998, 1'archiabbaye publie la série „Pietas Benedictina“. Par ses traductions en langue tchèque, elle initie les lecteurs tchèques d'aujourd'hui aux sources de la tradition monastique depuis les origines jusqu'au Moyen Age mais également à d'autres oeuvres importantes des débuts du christianisme.

© Benediktinské arciopatství

vstup do obrazárny

galérie